« Vers angéliques » de Vladimir Nabokov

Dans toutes les religions du Livre, on trouve les anges, ces messagers entre Dieu et les hommes, en particulier les Anges-Gardiens. Les anges sont des myriades, répartis en neuf degrés hiérarchiques. Les Anges-Gardiens, qui sont les plus proches de nous, souffrent de nos mauvaises actions, se réjouissent des bonnes.

Qu’ils apparaissent dans les rayons du soleil, comme nous verrons plus bas, ou bien toutes ailes déployées, comme dans les « Annonciations » de Fra Angelico, ils sont semblables à des hommes sans chair, sans pesanteur ni défaut - leurs ailes en sont la preuve. Ils peuvent monter à Dieu, tout comme descendre de Dieu vers l’homme.

Cette « Echelle de Jacob » (« Lestvitsa Raïskaïa ») est décrite en Genèse 28 :12, et elle fut reprise par saint Jean Climaque (« Lestvitchnik »), un moine sinaïte du VIe siècle. Étonnamment, un cycle des tout premiers poèmes de Vladimir Nabokov (Saint-Pétersbourg, 1897 – Montreux, 1977) leur est consacré.