filage

CENTRE CULTUREL ALEXANDRE SOLJENITSYNE
EXPOSITIONS

Affiche pierre struve fond.png
Affiche pierre struve A3 copy (5).png

À l'occasion du 150ème anniversaire de leur naissance, découvrez notre nouvelle exposition

Du 23 Mai au 10 Octobre 2022
Du Mardi au Samedi de 10h à 18h30
11 rue de la montagne Sainte-Geneviève 75005 Paris

CENTRE CULTUREL
ALEXANDRE SOLJENITSYNE

EXPOSITIONS

Histoire d'une amitié

Pierre Struve et
Ivan Bounine

Pierre Struve et Ivan Bounine tous deux à leur façon ont marqué l’histoire aussi bien de la Russie que de la France dans la première moitié du XXe siècle. Contemporains exacts, nés en 1870, qui est aussi l’année de naissance de Lénine, ils sont rejetés par ce dernier après sa prise du pouvoir comme «éléments contre-révolutionnaire» et contraints à l’exil.

Les deux hommes font connaissance à Paris en 1920 et vont rapidement nouer une amitié solide et durable. Cette amitié se traduit, à partir de 1925, par la collaboration d’Ivan Bounine au journal La Renaissance (Vozrojdenie), fondé par Pierre Struve qui ambitionne de rendre son vrai visage et sa destinée authentique à la Russie défigurée par les bolchéviques.

 

Struve, grand admirateur du talent artistique de Bounine, pousse avec d’autres la candidature de Bounine au Nobel, l’écrivain se solidarise avec le penseur politique dans les débats qui font rage au sein de l’émigration sur l’avenir de la Russie et de l’Europe.

Affiche pierre struve fond.png

L’exposition met en lumière leur dialogue ininterrompu, direct ou épistolaire, entre Paris, Belgrade et Grasse, auquel se mêlent les voix de leurs épouses, Nina Gerd-Struve et Véra Mouromtseva-Bounine.

La chronique de cette amitié rejoint celle des deux pays, la Russie et la France, entre lesquels s’est partagée la vie de ces figures de l’émigration russe, qui n’ont cessé d’œuvrer à la «Renaissance» politique et spirituelle de la Russie, l’un par la réflexion politique et économique et par l’action éditorial, l’autre par l’exploration de la vérité au moyen de la fiction et le travail sur la langue.

Les prémices de cette renaissance se font ressentir dès 1953, dernière année de la vie de Bounine, mais aussi de Staline, avec les premières publications de Bounine sur sa terre natale, entrouvrant la perspective d’un retour en Russie de l’héritage de l’émigration, porteur d’une liberté de penser nouvelle.

Affiche pierre struve fond.png

"Un émigré implacable, de la dimension d’un Alexandre Herzen... Et, pourtant, dès les premiers jours de liberté de l’année 1905, il fut en secret le premier membre de cette équipe des Jalons (Вехи), dont le projet était encore à naître. Et dès cette époque, sa vie fut une suite de défis lancés à l’opinion publique." Alexandre Soljénitsyne, Mars 17, à propos de Pierre Struve


"En réalité, Bounine n'est ni un prophète, ni un penseur, ni homme politique. C’est tout simplement un grand artiste et, vraiment, cela suffit." Boris de Schloezer, La Nouvelle Revue Française, n° 102, mars 1922