La guerre silencieuse contre le virus me rappelle une romance de Boulat Okoudjava.