Langue maternelle

La langue maternelle que l’émigré emporte avec soi est un festin dont on est chassé. Et d’où l’on emporte les « restes », en se cachant. La poésie d’Olga Ansteï est plus qu’un reste, mais économise la langue, et nous offre des gemmes taillées avec art, oubliées.