La nuit d’Alexandre Blok

Le poème d’Alexandre Blok, tiré d’un petit poème en cinq parties, intitulé « Danse macabre », écrit en 1912, est un exemple du lyrisme presque absolu de Blok, une façon de resserrer l’infinité des sensations dans « l’étroitesse du vers », et ainsi aboutir à une vision nocturne, et comme latérale, des choses et de la vie. Une poésie énumérative dans le rythme contraignant et la danse du vers, une danse de la mort.

Pavel Filonov, « Nuit à Pétersbourg », 1922, aquarelle, mine de plomb et encre de Chine.
Pavel Filonov, « Nuit à