top of page

Traduit du russe par Anne Kichilov

La Veilleuse des Solovki décrit la naissance du système concentrationnaire soviétique et du premier camp de travaux forcés, les balbutiements de ce qui allait devenir le symbole de la répression bolchevique; les autorités n’avaient pas encore compris les avantages économiques du travail forcé. Le témoignage de Chiriaev est exemplaire ; les « maladresses » du début ont cédé la place, à partir de 1925, à un système d’extermination par le travail. 15 000 à 20 000 prisonniers vivaient aux Solovki et 10 000 y mourraient chaque année, de scorbut, de faim ou de typhus.
Chiriaev y décrit le travail forcé mais également la vie intellectuelle présente dans le camp à ses débuts. Sa grande force est de donner le premier rôle à l’homme qui, même dans les pires moments, peut rester un être humain.

La Veilleuse des Solovki - Boris Chiriaev

13,00 €Prix
TVA Incluse
  • Ecrivain et enseignant, Boris Chiriaev (1889-1959) est arrêté en 1918 et condamné à mort pour avoir tenté de quitter la Russie. Après une première évasion, il est de nouveau condamné à mort, mais il sera finalement envoyé aux Solovki en 1923. C'est là qu'il commence la rédaction de l'oeuvre de sa vie, La Veilleuse des Solovki. Il quitte l'URSS en 1944 pour l'Allemagne, puis l'Italie.

Articles similaires